bible-notes.org

Imprimer ou partager la page :

Manifestation et enseignement de la grâce divine

Tite 2


La grâce de Dieu manifestée en Christ et nous enseignant
L’exhortation à savoir comment vivre dans le présent siècle
« Attendre la bienheureuse espérance…et l’apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ »
Jésus Christ s’est donné lui-même pour nous 


            Dans ce chapitre, l’apôtre Paul adresse des recommandations à Tite au sujet de plusieurs classes de personnes : les vieillards, les femmes âgées, les jeunes femmes, les jeunes hommes, et également les esclaves.

            Ceux-ci sont exhortés à être soumis à leurs maîtres, à chercher à leur plaire en toutes choses, à agir avec fidélité, tout cela afin « qu’ils ornent en toutes choses l’enseignement qui est de notre Dieu sauveur » (v. 10). Orner l’enseignement, c'était montrer quelque chose qu’ils avaient appris de la part de Dieu, quelque chose qui était précieux, qui avait de la valeur pour eux ; en cela, ils pouvaient montrer qu’ils honoraient Dieu.
            Puis il est question de la grâce de Dieu, cette grâce qui apporte le salut, cette grâce qui nous enseigne aussi.


La grâce de Dieu manifestée en Christ et nous enseignant

            D’abord la grâce est apparue à tous les hommes. Elle dit aux hommes pécheurs : Vous avez besoin d’un Sauveur parce que vous êtes pécheurs. Dieu vous offre sa grâce. La grâce est personnifiée en une Personne, Jésus Christ, le Fils de Dieu. Cette grâce est pour tous les hommes. - On accepte cela, mais on peut aussi le refuser !

            La grâce nous enseigne pour le chemin où nous avons à marcher. Le Seigneur nous montre le chemin et Il nous invite à marcher sur ses traces. Mais pour voir les traces, il faut suivre de près, ne pas laisser de distance entre nous et le Seigneur, sinon nous allons perdre cette trace et nous risquons de nous égarer. Il nous faut fixer nos regards sur Lui et rester tout près de Lui.

            La grâce nous enseigne comment nous devons vivre. Vivre sobrement, justement, pieusement. Mais pour vivre ainsi il y a des choses à laisser. Il faut d’abord « renier l’impiété et les convoitises mondaines ». Renier l’impiété c’est savoir dire : non ! Soit on est pour Dieu, soit on est contre Dieu. Il n’y a pas de neutralité possible. Les convoitises mondaines, ce sont les plaisirs que l’on recherche dans le monde. Le monde, c’est tout ce qui n’est pas du Seigneur. Nous nous souvenons que le monde a rejeté et crucifié notre Seigneur Jésus, et aujourd’hui le monde ne veut pas de Jésus ! Si nous aimons notre Seigneur nous ne pouvons pas aimer le monde.


L’exhortation à savoir comment vivre dans le présent siècle

            Ce « présent siècle », ce n’est pas seulement l’époque où vivait l’apôtre Paul il y a environ 2000 ans, mais c’est bien le temps où nous vivons aujourd’hui. Nous devons avoir la force de dire non à l’impiété et aux convoitises , et apprendre à vivre sobrement, justement et pieusement.
            
Vivre sobrement c'est vivre d’une manière saine, avoir des pensées sérieuses, sachant que cela plaît au Seigneur.
            Nous devons apprendre aussi à vivre justement. Nous avons été sauvés par la grâce et nous sommes justifiés par la foi au Seigneur Jésus. Cela veut dire que nous nous appliquons à vivre d’une manière juste devant Dieu.
            Voici quelques exemples :
                    - Un père à l’égard de ses enfants : il est juste qu’il les enseigne dans les choses de Dieu, qu’il les élève sous la discipline du Seigneur.
                    - Un mari à l’égard de son épouse : il est juste que le mari lui laisse le temps de se reposer, le temps aussi de lire la Parole et de prier.
                    - Les enfants à l’égard de leurs parents : il est juste qu’ils obéissent, qu’ils les aiment. Et puis le Seigneur a des droits sur nos cœurs et cela est juste parce que nous lui appartenons, nous sommes à Lui.

            Nous avons à vivre pieusement » : la piété est visible, elle a été révélée dans une personne, dans le Seigneur Jésus. 1 Timothée 3 : 16 dit : « Le mystère de la piété est grand. Dieu a été manifesté en chair… ». Fixons les yeux sur Jésus pour vivre pieusement.
            Qu’est ce qui a caractérisé la vie de Jésus ? D’abord une confiance totale en son Dieu et Père, et cela dès sa plus petite enfance (voir Ps. 22 : 9). Ensuite son obéissance totale, absolue : Il est « devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix » (Phil. 2 : 8). Son obéissance était marquée par sa dépendance et sa vie de prière continuelle. Nous Le voyons monter sur la montagne pour prier ; nous Le voyons prier toute la nuit avant de choisir ses disciples parmi lesquels il y avait Judas ; nous le voyons encore à Gethsémané s’adresser à son Père et se soumettre entièrement à sa volonté. Enfin, il y a encore son dévouement total à son Dieu et Père mais aussi son dévouement envers tous les hommes.
            Que nous apprenions en regardant à Jésus à avoir cette confiance, cette obéissance et ce dévouement pour notre Seigneur !
            Il y a aussi le fait que notre vie sera un jour placée dans la pleine lumière car nous devrons tous comparaître devant le tribunal de Christ (2 Cor. 5 : 10). Le tribunal de Christ se déroulera en trois séances distinctes :
                    - Premièrement lorsque le Seigneur va venir nous enlever, nous les croyants, pour être avec Lui, nous serons amenés dans cette lumière divine où toute notre vie sera éclairée. Là nous ne pourrons qu’être en plein accord avec le Seigneur sur ce que nous avons fait pour qu’il ne reste rien d’obscur ou de caché. Et le Seigneur se plaira à récompenser ce qui aura été fait pour Lui.
                    - Ensuite la deuxième séance se tiendra sur la terre avant que le Seigneur établisse son règne. C’est Lui qui jugera les nations et tous se courberont devant Lui (voir Matt. 25 : 31-46).
                    - Enfin, il y aura le jugement des morts, ceux qui n’auront pas voulu de la grâce de Dieu et qui seront condamnés (Apoc. 20 v 12 à 15).


« Attendre la bienheureuse espérance…et l’apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ »

            En vivant selon ce qui est dit au verset 12, nous attendons le retour du Seigneur Jésus. C’est une espérance sûre et certaine qui nous remplit de bonheur. Le Seigneur Jésus va venir ! Le désir du Seigneur est de nous avoir avec Lui, près de Lui, là où Il est dans la maison du Père (Jean 14 : 2-3).

            Une apparition c’est quelque chose qui est visible. Le Seigneur Jésus va revenir sur la terre d’une manière visible, en gloire, entouré de tous ses rachetés. Il reviendra et tout œil le verra. Il ne viendra pas comme la première fois dans son abaissement, comme l’homme humble et débonnaire, mais Il viendra dans toute sa gloire, et tous devront se soumettre à Lui. Il est le grand Dieu, Celui qui est au dessus de tout, mais Il est le Dieu Sauveur.


Jésus Christ s’est donné lui-même pour nous 

            Il s’est donné pour chacun de nous et nous pouvons dire : « Le Fils de Dieu m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi » (Gal. 2 : 20). Il s’est donné pour nous tous, les croyants, et Il s’est donné aussi pour son assemblée : « Christ a aimé l’assemblée et s’est livré lui-même pour elle » (Eph. 5 : 25).

            Le Seigneur Jésus nous a rachetés, c'est-à-dire qu’Il a dû payer un prix, le prix de notre rachat. Autrefois le rachat d’une personne pouvait avoir lieu sous certaines conditions. Il fallait que ce soit un proche parent (le Seigneur s’est approché de nous, Il est venu dans notre condition humaine, comme nous) ; ensuite il fallait être disposé à racheté, être prêt à le faire (voir l’exemple dans le livre de Ruth de celui qui était proche parent, mais qui n’était pas en mesure de racheter, alors que Boaz était prêt à le faire) ; enfin il fallait pouvoir payer le prix du rachat, et le Seigneur Jésus a payé très cher, Il nous a rachetés au prix de sa vie.

            Le Seigneur veut que nous soyons pleins de zèle pour les bonnes œuvres, des œuvres qui sont préparées à l’avance pour que nous marchions en elles (Eph. 2 : 10). Que nous ne soyons pas paresseux, mais actifs et remplis d’amour et de dévouement pour notre Seigneur !


R. Br – D’après les notes prises lors d’une méditation de la Parole