Josué, serviteur de l'Eternel (4)

bible-notes.org

Imprimer ou partager la page :

JOSUE, SERVITEUR DE L'ETERNEL (4)


L'alliance avec les Gabaonites
Le jugement des Amoréens
Josué, vainqueur de la nouvelle coalition de rois

 

L'alliance avec les Gabaonites

            
« Les habitants de Gabaon entendirent ce que Josué avait fait à Jéricho et à Aï ; et ils usèrent de ruse, eux aussi… Et les hommes d'Israël prirent de leurs provisions ; et on n'interrogea point la bouche de l’Eternel. Et Josué fit la paix avec eux, et traita alliance avec eux, pour les laisser vivre… Et en ce jour-là Josué les établit coupeurs de bois et puiseurs d'eau pour l'assemblée et pour l'autel de l’Eternel, jusqu'à ce jour, dans le lieu qu'il choisirait » (Jos. 9 : 3-4, 14-15, 27).

            Craignant pour leur vie, les habitants de Gabaon, la ville royale des Héviens, décident d'essayer de conclure une alliance avec Israël. Contrairement à Rahab, qui avait reconnu que l’Eternel est « Dieu dans les cieux en haut, et sur la terre en bas » (Jos. 2 : 11) et qui avait fait confiance à sa miséricorde, les Gabaonites agissent avec ruse. Ils viennent avec des sandales et des vêtements usés, du pain moisi et des outres crevassées, et ils font croire aux Israélites qu'ils viennent d'un pays éloigné et que tout était frais et neuf lorsqu'ils se sont mis en route (9 : 4-13).
            Sans demander à l’Eternel sa direction, Josué et les princes d'Israël concluent un traité solennel avec les Gabaonites pour les laisser vivre. Trois jours plus tard, les Israélites découvrent avec qui ils sont désormais alliés (v. 16). Ils font des reproches à leurs princes et sont prêts à tuer les Gabaonites, mais Josué et les princes les arrêtent, leur rappelant qu'ils ne pouvaient pas les toucher, parce qu'ils s'étaient engagés envers eux par une alliance de paix au nom de l'Eternel, le Dieu d'Israël (v. 18-19).
            Les Gabaonites avaient dit à Josué : « Nous sommes vos serviteurs » (v. 11). Maintenant, leurs vies sont épargnées, mais ils seront toujours des serviteurs ! Ils devront couper du bois et puiser de l'eau. Et dans les voies merveilleuses de Dieu, ils ne devront pas faire cela uniquement pour l'assemblée d'Israël, mais aussi « pour l'autel de l’Eternel, jusqu'à ce jour, dans le lieu qu'il choisirait ».
            Les Néthiniens, serviteurs du temple qui appréciaient le privilège de pouvoir servir Dieu et qui, des années plus tard, sont revenus de l'exil à Babylone, étaient sans doute des descendants de ces Gabaonites.


Le jugement des Amoréens

            « Il arriva que comme ils (les Amoréens) fuyaient devant Israël… l’Eternel jeta des cieux de grosses pierres sur eux, jusqu'à Azéka, et ils moururent… Alors Josué parla à l’Eternel, le jour où l’Eternel livra les Amoréens entre les mains des fils d'Israël ; et il dit en présence d'Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon ; et toi, lune, en la vallée d'Ajalon ! Et le soleil s'arrêta, et la lune demeura où elle était, jusqu'à ce que la nation se fût vengée de ses ennemis » (Jos. 10 : 11-13).

            Les Héviens de Gabaon ont fait la paix avec Israël et sont sous sa protection. Cela ne plaît pas à leurs voisins du sud. Cinq rois des Amoréens, sous la direction du roi de Jérusalem, campent alors près de Gabaon avec leurs armées pour lui faire la guerre. Les Gabaonites font appel à Josué pour avoir de l'aide !
            Josué et les hommes de guerre d'Israël marchent toute la nuit pour venir au secours de Gabaon. L’Eternel les encourage à combattre, et Il leur montre qu'Il est avec eux en jetant des cieux de grosses pierres sur les troupes ennemies. Dieu atteint sa cible : plus de soldats ennemis meurent de cette grêle de pierres que des armes d'Israël (v. 11). Cependant, il y a le risque que quelques-uns s’enfuient. Leurs rois ont trouvé refuge dans une grande caverne à Makkéda, et Josué demande à ses hommes d'en boucher l'entrée avec d'énormes pierres et de continuer à poursuivre l'ennemi (v. 18).
            L'Eternel avait promis la victoire, mais il a semblé à Josué que la journée ne serait pas assez longue pour obtenir une victoire complète. Par la foi il a commandé au soleil et à la lune de s'arrêter à l'endroit où ils étaient jusqu'à ce que la nation se soit vengée de ses ennemis !
            Cet événement, absolument unique, est solennellement attesté au verset 14 : « Il n'y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où l’Eternel écoutât la voix d'un homme, car l’Eternel combattait pour Israël ». Dieu est toujours pour son peuple, même quand celui-ci a manqué envers Lui, comme c'était le cas dans son attitude initiale à l'égard des Gabaonites (ch. 9). « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rom. 8 : 31). Il est absolument fidèle à sa Parole et à ses promesses ! Dieu écoute encore la voix de l'homme qui obéit et se confie en Lui, mais surtout celle de notre Seigneur, « le chef de la foi et celui qui l'accomplit pleinement » (Héb. 12 : 2), maintenant ressuscité dans la gloire.


Josué, vainqueur de la nouvelle coalition de rois

            « Comme l’Eternel l'avait commandé à Moïse, son serviteur, ainsi Moïse commanda à Josué, et ainsi fit Josué ; il n'omit rien de tout ce que l’Eternel avait commandé à Moïse… Et Josué prit tout le pays, selon tout ce que l’Eternel avait dit à Moïse ; et Josué le donna en héritage à Israël, selon leurs distributions, selon leurs tribus. Et le pays se reposa de la guerre » (Jos. 11 : 15, 23).

            Le chapitre 11 du livre de Josué rapporte comment les peuples du nord du pays se sont unis sous l'autorité de Jabin, roi de Hatsor, pour combattre Israël. Dieu nous dit : « Ils sortirent, eux et toutes leurs armées avec eux, un peuple nombreux, en multitude comme le sable qui est sur le bord de la mer, avec des chevaux et des chars en très grand nombre » (v. 4). Mais cette confédération de peuples, elle aussi, a été condamnée à être détruite devant Josué. Nous voyons à plusieurs reprises que Josué est présenté comme le vainqueur – c'est ce que fait ressortir cette expression : « en la main de Josué » (Jug. 2 : 23) ; il a remporté victoire sur victoire, de façon glorieuse, jusqu'à ce qu'il ait pris tout le pays. « Et le pays se reposa de la guerre ».
            Josué est un type de notre Seigneur Jésus Christ, Celui à qui toute puissance est attribuée, le glorieux Vainqueur de tous les ennemis. L’Ecriture, déjà maintenant, nous révèle beaucoup de choses sur Lui. Il est Celui devant qui se pliera « tout genou des êtres célestes, terrestres et infernaux » (Phil. 2 : 10). Il doit avoir la première place en toutes choses. « Ayant dépouillé les pouvoirs et les autorités, il les a donnés en spectacle, triomphant d'eux en la croix » (Col. 2 : 15). Les armées du ciel chanteront un jour sa louange, et la sienne seule. Tout ce que nous avons, nous l'avons en Lui, à cause de ce qu'Il est et de ce qu'Il a fait : l'œuvre glorieuse de la croix ! Nous attendons le moment d'entrer dans son repos.

                        Jésus sort de la tombe ; il vit, il est vainqueur ;
                        
Déjà la mort succombe devant le rédempteur.
                        
Chrétiens, chantons sa gloire, célébrons sa grandeur.
                        
Où donc est ta victoire, sépulcre destructeur ?


D'après E. P. Vedder