bible-notes.org

Imprimer ou partager la page :

Qui voulez-vous servir ?


La merveilleuse intervention de l’Eternel pour Israël
Israël et l’idolâtrie
Josué et sa maison

            A la fin de sa vie, Josué place le peuple d’Israël devant un choix. Qui veut-il servir : l’Eternel ou les idoles ? Il fait ensuite une déclaration sur laquelle il vaut la peine de méditer.
 

La merveilleuse intervention de l’Eternel pour Israël

            L’Eternel avait délivré Israël de l’Egypte, l’avait guidé à travers le désert. Il l'avait fait traverser le Jourdain et l’avait amené dans le pays promis. La délivrance de l’Egypte avait été effectuée grâce à des miracles de l’Eternel, de même que la traversée du désert et le passage du Jourdain.

            La conquête du pays a aussi été accompagnée de miracles :
                      - Les murs de Jéricho sont tombés sans intervention humaine (Jos. 6).
                      - Les cinq rois amoréens ont été mis en déroute par l’Eternel, et Israël leur a infligé une grande défaite. Et ce n’est pas tout : tandis que les ennemis fuyaient, l’Eternel leur a jeté des grosses pierres du ciel, et il en est mort davantage par ces pierres que par l’épée (Jos. 10).
                      - Un autre miracle a eu lieu lors de ce combat : le soleil s’est arrêté sur Gabaon pendant presque un jour entier (Josué 10 : 13).
                      - Josué 24 : 12 nous dit que l’Eternel a chassé deux rois amoréens par des frelons. Et il est ajouté : « Ce ne fut point par ton épée ni par ton arc ». C'était l’œuvre de Dieu.

            C’est précisément lors du combat avec les Amoréens que les miracles de l’Eternel sont mentionnés. Quelle manifestation de la puissance divine !
 

Israël et l’idolâtrie

            Les Amoréens avaient leurs dieux, comme les autres peuples. Où étaient ces dieux, lorsque le Seigneur a mis ce peuple en déroute, tandis qu’Il leur lançait des pierres depuis le ciel et qu’Il leur envoyait des frelons ? Ils n'ont été d’aucun secours ! 1 Corinthiens 8 : 4 nous dit qu’une idole n’est rien. Esaïe 44 : 9-20 nous parle de la fabrication des idoles qui sont muettes et qui ne peuvent délivrer. 1 Corinthiens 10 : 19-20 indique toutefois que les démons se cachent derrière les idoles.
            Les paroles de Josué sont solennelles : « Et maintenant, craignez l’Eternel, et servez-le en intégrité et en vérité ; et ôtez les dieux que vos pères ont servis de l’autre côté du fleuve et en Egypte, et servez l’Eternel. Et s’il est mauvais à vos yeux de le servir, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, soit les dieux que vos pères qui étaient de l’autre côté du fleuve ont servis, soit les dieux de l’Amoréen, dans le pays duquel vous habitez… » (Jos. 24 : 14-15).
            Josué ordonne d’abord au peuple de craindre l’Eternel et de le servir en intégrité et en vérité. Pour pouvoir le faire, les Israélites devaient se débarrasser des idoles que leurs pères avaient servies en Egypte et qu’ils servaient encore. En Amos 5 : 25-26 (comp. Act. 7 : 42-43), il nous est dit qu’Israël servait aussi des idoles dans le désert.
            Josué leur dit clairement qu’ils doivent se débarrasser de ces idoles, et qu’ils doivent ensuite servir l’Eternel. Il leur fallait choisir qui ils voulaient servir. Dieu avait manifesté sa toute-puissance aussi bien contre les dieux des Egyptiens que contre ceux des Amoréens. Voulaient-ils vraiment servir ces dieux que Dieu avait châtiés ? Ils devaient se décider !
 

Josué et sa maison

            Suit alors une belle déclaration de Josué : « Mais moi et ma maison, nous servirons l’Eternel » (v. 15).
            
Pour Josué, la question ne se posait pas de savoir qui il voulait servir. Il servirait l’Eternel. Et il ne serait pas seul à le faire : sa maison (sa famille) voulait aussi le faire. Josué parle en son nom et en celui de sa famille. Ils voulaient servir l’Eternel tous ensemble.
            De toute évidence, il y avait eu un accord, une discussion, une volonté commune de la part de Josué et de sa famille. Aussi pouvait-il annoncer cette décision comme étant celle de toute sa maison ; ses enfants n’étaient plus jeunes, puisque Josué était âgé.
            Jeune homme ou jeune fille, peut-être as-tu aussi des parents qui ont décidé de suivre le Seigneur Jésus. Ton père pourrait-il dire : Avec mon fils (ou ma fille), nous voulons servir le Seigneur Jésus ? Qu’il est beau, aujourd’hui encore, d’entendre des parents et leurs enfants déclarer d’un commun accord : Nous voulons servir le Seigneur. C’est en Le servant personnellement que la chose peut se produire. Entretiens-toi avec tes parents au sujet des réunions chrétiennes. Par exemple la réunion de culte avec la fraction du pain. Quelle « gloire » du Seigneur Jésus y as-tu particulièrement contemplée ? Parle avec tes parents des méditations entendues et de ce qui t’a le plus touché. Raconte-leur ce qui t’a particulièrement frappé durant ta lecture personnelle. Parle des expériences que tu as faites avec ton Seigneur. Il deviendra ainsi, plus encore, l'Objet de vos affections, la Personne que vous désirez servir ensemble.
            Josué avait environ 110 ans au moment du récit. Il regardait en arrière, sur une longue vie au service de l’Eternel. Déjà, comme jeune homme, il n’était pas sorti de la tente d’assignation que Moïse avait dressée hors du camp, après le péché des fils d'Israël qui avaient adoré le veau d’or. Il avait alors décidé de refuser l’idolâtrie et de servir l’Eternel (Ex. 33 : 11). Plus tard, lorsque les dix espions avaient répandu de fausses appréciations au sujet du pays promis, Josué ne s’'était pas joint à eux (Nom. 14 : 6). Au chapitre 32 de ce livre, il est dit que Josué avait « pleinement suivi l’Eternel » (v. 12) !
            Il avait pris sa décision alors qu’il était jeune. Nous voulons suivre son exemple : prendre la nôtre de servir le Seigneur et de persévérer dans cette voie. Josué n’avait maintenant plus longtemps à vivre. Mais il voulait employer le temps qu'il lui restait à servir encore l’Eternel. Sa maison avait du temps devant elle ; les siens voulaient s’en tenir à la décision commune prise avec leur père. Il avait été un bon exemple pour eux !

            « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le méchant. Or nous savons que le Fils de Dieu est venu, et il nous a donné une intelligence afin que nous connaissions le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, c'est-à-dire dans son Fils Jésus Christ : lui est le Dieu véritable et la vie éternelle. Enfants, gardez-vous des idoles » (1 Jean 5 : 19-21).

 

D'après H. Frisch - « Folge mir nach »