bible-notes.org

Imprimer ou partager la page :

Bienheureux ceux qui sont purs de cœur

 
            Au reste, frères, tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui est de bonne réputation - s’il y a quelque vertu digne d'éloge - que cela occupe vos pensées (Phil. 4 : 8).
 
            « Beati mundo corde » : telle était, en latin, la devise de notre école, c’est-à-dire : « Bienheureux ceux qui sont purs de cœur » (Matt. 5 : 8). Il serait difficile de trouver une devise plus appropriée et plus belle pour une école de garçons. Nous montrerions-nous à la hauteur de cette devise en nous souvenant que cette pureté commence par nos pensées ? Jusqu’à quel point réalisons-nous cette pureté de cœur aujourd’hui ?
            En considérant toute la corruption dont nous sommes entourés dans le monde, nous pourrions être complètement découragés et dire que Dieu a placé devant nous une mesure de pureté qu’il ne s’attend pas à nous voir atteindre. Ecartons une telle pensée !
            Autrefois, il y avait beaucoup d’animaux que les fils d’Israël ne devaient pas manger, car ils étaient impurs ; il y en avait d’autres qui étaient purs. Deux indices montraient qu’un poisson était pur : il devait avoir des nageoires et des écailles (Lév. 11 : 9). Les nageoires lui permettaient de nager contre le courant. Au bord de certaines rivières, on peut observer de gros poissons bondir de plus d’un mètre au-dessus de rapides ou de petites cascades. De même, Dieu nous a fourni la capacité par laquelle nous pouvons, vous et moi, « nager à contre-courant ».
            Mais il y a des moments où le poisson doit nager à travers des eaux sales, et pour le protéger, Dieu l'a pourvu d’écailles ; la Parole parle de « la force de ses boucliers étroitement unis comme par un sceau ; l'un touche à l’autre, et le vent ne pénétrerait pas entre eux ; l’un est attaché à l’autre, ils se tiennent et ne se séparent pas » (Job 41 : 6-8). Alors, revêtu de cette « armure », le poisson peut nager en sécurité à travers les eaux polluées.
            Ainsi Dieu a fourni aux siens le nécessaire pour traverser sains et saufs toutes les souillures dont ils sont entourés, comme il leur donne aussi la capacité d’aller contre le courant.   
                               
                  G.C. Willis – Extrait des méditations quotidiennes : « Le Seigneur est proche » (16-05-11)